Archives de la catégorie: maths

maths pédagogie steiner

Nos lutins des maths

Lundi nous commençons le bloc 2 des Maths.

C’est une introduction aux 4 processus avec des histoires de 4 lutins (Plus, Moins, Divise et Multiplie).

Mais nous avons fait avec Adèle les lutins et elle est impatiente de commencer.

Je suis en pleine traduction (du curriculum Little garden flower) et j’ai encore quelques pages à traduire d’ici lundi…et j’aimerai tant pouvoir accéder aux ressources des écoles steiner en France. Pouvoir feuilleter les cahiers des élèves de grade 1 et 2. Cela devrait pouvoir se faire mais je ne sais comment m’infiltrer dans ce cercle très fermé.

livres maths pédagogie steiner

Le 12 et les mois de l’année.

Cette dernière leçon, qui nous amena jusqu’au chiffre 12, fût l’occasion pour les enfants de découvrir (pour Anselme) et d’approfondir (pour Adèle) les mois de l’année.

J’ai inventé cette énigme car le roi égal nous a accompagné jusqu’à la fin.

Aujourd’hui je vais te poser une dernière énigme. Ce dernier chiffre est celui de tous les mois qui remplissent une année. Qui suis-je ?

J’ai lu un poême de louis Guillaume, La Source

Tout au long de l’année

me parle cette source

en janvier enniegée,

en février gelée,

en mars encore boueuse,

en avril chuchotante,

en mai garnie de fleurs,

en juin toute tièdeur,

en juillet endormie,

en aout presque tarie,

en septembre chantante,

en octobre dorée,

en novembre frileuse,

en décembre glacée,.

C’est toi petite source,

le coeur de la forêt.

et j’ai montré le dessin que j’avais fait sur le tableau. Nous l’avons reproduit ensemble sur nos cahier. C’est si agréable de dessiner en même temps que son enfant. Sans pour autant lui imposer mon dessin, elle aime recopier sur moi cela l’inspire et elle a tellement de moment en journée où elle fait des dessins libres que ceci ne semble pas la déranger. Au contraire. ça me rappelle quand je dessinait près d’un autre enfant en classe (en cours de biologie surtout).

celui d’Adèle

Le mien

Puis j’ai lu le livre La ronde des saisons d’Elsa Beskow, lequel nous aimons lire au changement de mois.

Je trouve la couronne des saisons splendide. Le verset qui l’accompagne est aussi très simple mais parlant.

Enfin Adèle m’a suivi à répéter tous les mois d’affilés de façon chantante.

POur finir je vais lui faire un calendrier des mois que j’afficherais auprès des jours de la semaine.

Voilà. cette semaine nous avons fait une pause de 6 jours et nous reprendrons lundi avec la lecture écriture, en mixant la méthode syllabique léo et léa (que nous avions commencé en aout) tout en continuant le cahier à la façon waldorf. Et nous reprendrons les dessins de forme (bloc 2).


classe 1 maths pédagogie steiner

Le 9, le 10 et le 11.

Nous arrivons à la fin des énigmes du Roi égal. Ce dernier a été d’une grande importance pour Adèle. Un super fil conducteur pour introduire la qualité des chiffres !

Pour trouver le neuf je n’ai pas suivi celle de notre curriculum (little garden flower).

“Souviens toi du nombre de têtes de dragon dans le conte des deux frères et tu sauras qui je suis

Réponse : les neufs têtes du dragon.

Et puis j’ai montré aux enfants en quoi ce chiffre était magique, il peut se transformer en 6.

Pour le 10 l’énigme était :

“Dis moi combien as-tu de doigts et tu découvriras qui je suis”

J’avais prévu un petit jeux avec des rondins pour se rappeller de tous les chiffres que l’on avait vu. Ca a été très facile pour Adèle mais j’ai pu ainsi vérifier qu’elle avait assimilé les chiffres romains et l’ordre des chiffres.

Puis j’ai montré un ancien album pour enfant “j’apprends à compter” magnifiquement illustré où l’on a pu revoir les chiffres arabes/romains/écrit.

Dans le curriculum de LFG, la leçon s’arrête à 10 mais j’ai voulu aller jusqu’à 12.

Pour le 11 nous avons délaissé le roi égal (d’ailleurs adèle n’a pas aimé) et nous avons fait comme l’enfant du livre qui a ramassé 11 coquillages. Nous avons vu le 10 et le 11 le même jour, c’était de trop pour elle et elle n’a pas eu envie de s’appliquer.

Pendant ce temps anselme dessinait ses bonbons, il aime beaucoup utiliser les blocs. C’est pour lui plus facile de remplir de couleur et puis sa petite main qui a un tracé lent se prête bien pour les blocs. Les blocs de cire demandent un coup de main doux, lent. Ce qu’adèle a du mal à faire mais nous les appelons les blocs toudou ou doudou et elle apprécie de les utiliser en douceur.