Archives du tag: aquarelle steiner

classe 5 pédagogie steiner

Géographie de l’Europe, modelage et peinture.

Nous venons de commencer une période de géographie de l’Europe avec Adèle (niveau classe 5/6, 11 ans).

Nous avons fait ensemble une carte de l’Eurasie en la modelant avec de l’argile. C’est la première fois que je fais cela et de mon point de vue d’adulte j’ai vraiment pris conscience des reliefs pour certaines région méconnues.

carte argile

cartemodelage

Puis de l’aquarelle sur papier mouillé où les qualités des couleurs bleu et jaune nous ont donné à ressentir la confrontation de la mer et des continents.

aquarelleeurope

aquarelleeurope2

Une fois la carte sèche nous avons reprécisé les contours, tracé les rivières principales et les capitales.

Durant cette première période nous ne parlons que des éléments (la terre, l’eau, le feu/soleil, et l’air/le vent) et du climat, des végétaux, des reliefs, des animaux et des hommes pour comprendre leur culture, leur industrie en lien avec leur terre et leurs interactions. J’essaie surtout de provoquer des échanges et des discussions.Et surtout nous allons profiter d’un voyage en Irlande dans quelques jours pour vivre la spécificité des reliefs différents et la découverte d’un pays européen.

Nous utilisons le livre L’Europe de chez gallimard jeunesse ainsi que le géopuzzle sur l’Europe. Quant à moi la relecture des chapitres consacrés à la géographie dans L’art de l’éducation, approche scientifique dans les écoles steiner-Waldorf, m’a vraiment aidé ainsi que le curriculum du grade 6 de Donna Simmons en téléchargement libre sur christopherushomeschool.org

 

 

aquarelle Waldorf livres pédagogie steiner

La peinture à la maison avec la pédagogie Waldorf

Cet article est tiré en partie de la la traduction du livre « Painting in waldorf education » de Dick Bruin et Attie Lichthart, de mon expérience avec les enfants et de ma pratique personnelle en tant qu’art thérapie (peinture hauscka)

Le matériel que nous utilisons :

Des aquarelles stockmar

Des pinceaux larges et plats genre brosse

Des coupelles en verre ou des pots à couvercle

Un porte coupelles

Une planche en plastique ou en bois pour poser le papier mouillé

Du papier spécial aquarelle hauscha/waldorf ou le papier en rouleau de chez ikea,

J’achète mon matériel chez Mercurius France. C’est la référence française pour trouver le matériel utilisé dans la pédagogie Steiner Waldorf.

seance-peinture

la création du monde jaune bleu bleu jaune les complémentaires

 

 

Pour le jardin d’enfant (3 à 6 ans)

Proposer à l’enfant le rouge, le bleu et le jaune une couleur à la fois. L’adulte devra auparavant préparer les couleurs. Pour trouver le jaune pur il devra mélanger du jaune d’or et du jaune citron, idem pour le bleu (bleu de Prusse et d’outremer) et le rouge (carmin et vermillon).

L’éducateur devra faire ces exercices (pour lui même)et créer un cercle des couleurs pour obtenir avec les trois couleurs primaires le vert, le violet et le orange.

Les enfants devront travailler librement les couleurs ou en s’inspirant de ce que l’éducateur fait ou par de petites histoires. On pourra aussi inviter un artiste.

A la fin du  jardin d’enfant les enfants devront connaitre les 6 couleurs (en les ayant exploré et nommées). Dans la première classe les exercices pourront être faits dans un contexte plus large.

Pour la première classe (6/7 ans)

Maintenant, étape par étape, l’enfant peut découvrir le pays des couleurs avec toutes ces règles et ces opportunités.

Lors d’une première Leçon : 2 couleurs différentes l’une à côté de l’autre

Steiner préconisait cette introduction « Maintenant je vais vous dire quelque chose que vous ne comprendrez pas de suite, mais un jour prochain. Ce que nous venons de faire (placer le jaune à côté du bleu) est plus beau que ce que nous avons fait ci dessous, quand nous avons peint du vert à côté du jaune. »

Jaune est la première couleur que l’on voit quand la lumière diminue, bleu est la première couleur éclairée dans l’obscurité. Ces sont les opposés polaires, les extrêmes. Mélangées elles forment le vert. Goethe appela jaune/vert et bleu/vert les position de couleur monotone. C’est donc pour cela que c’est plus excitant, plus fascinant le jaune et le bleu. Ils offrent plus de possibilités. Les combinaisons monotones vert/jaune, vert/bleu sont plus comme des fréres et soeurs. Steiner préconise de travailler sur les opposés, sur le passif /actif, sur l’introverti, l’extraverti,  sur ce qui est beau et ce qui ne l’est pas dans ce monde. Deux couleurs différentes (ou plus) est plus stimulant pour les 6/7 ans. Travailler à partir de contes de fées permet à l’enfant de trouver la couleur et de l’associer à son imaginaire, aux humeurs décrites dans le contes, aux ambiances où les opposés s’affrontent.Quelle couleur, où et comment ?

Dans les leçons de peinture, nous ne devons pas relier les couleurs avec les choses autour de nous (même si c’est la réalité) . Par exemple le soleil est jaune, plutôt dire « aussi jaune que le soleil ». Dans les premières classes, nous connectons les couleurs  aux émotions et aux qualifications avec des adverbes, des verbes et des adjectifs mais pas avec des noms. C’est pour cela que nous essayons de trouver des émotions de base dans les images des contes de fées. Quand vous lisez un conte de fées vous pouvez souvent voir les images apparaitre en vous d’une certaine couleur, comme si vous portiez des verres colorés. Ce lien entre image et sens des couleurs dans les narrations est important pour le professeur, une très bonne source d’inspiration. POur les enfants, néanmoins, ce n’est pas important de savoir de quel conte de fée est à la base de l’exercice de peinture. Sans être conscient, ils reconnaissent l’ambiance de la couleur dans leur âme. Un mot non dit dégage une force. Les couleurs, la peinture et l’eau, le papier et les pinceaux sont suffisant pour démarrer.

Pour différencier le graphisme ou le figuratif de l’ambiance des couleurs c’est important de peindre une grande zone au tout début. C’est pourquoi nous utilisons des brosses.

Le choix de la position des couleurs  sur le papier est laissé à l’enfant le plus que possible. L’enfant se considère au centre du monde, il peint intuitivement dans et autour du milieu.

C’est cependant nécessaire pour l’éducateur de connaitre les autres possibilités. Elles apparaissent souvent spontanément sur le papier quand le mouvement d’une couleur est accentué. Un mouvement est possible  de haut en bas et vice versa, de droite à gauche, de gauche à droite, ou en diagonale au travers de la feuille. (…) les adultes quant à eux commencent souvent sur le bord de la feuille.

Ce qui est important est que l’adulte permette à l’enfant de rester connecté au chemin de sa propre expérience. La liberté doit être offerte là où c’est possible.

La totalité du cercle des couleurs est contenu dans les trois couleurs primaires. Offrir ces 3 couleurs dans une leçon, jaune, rouge, bleu, nous donnera toutes sortes de possibilités. Pour le professeur c’est important de connaitre les teintes des couleurs. Cependant la teinte d’une même couleur peut varier, chaque nouvelle séquence de couleur permet un nouvel exercice de peinture.

Exemple de cercle de couleur fait par le professeur/parent

Quand le rouge rencontre le jaune, un élément qui réchauffe apparait : courage, force, intensité. Si le rouge est le premier et que le  jaune suit, cela produit un éclaircissement des couleurs, il y a plus de clarté, l’ambiance est plus gaie, ensoleillée. Cela s’applique à d’autres séquences. Une couleur, d’une façon ou d’une autre, fait toujours ressortir l’autre. C’est en cela que c’est excitant, le bleu obscurcie le jaune en vert. Le jaune illumine le bleu à travers ce même vert. Encore deux expériences totalement différentes, sont à la base de cela.

le jaune rencontre le bleu

La teinte des couleurs avec deux ou trois couleurs pures est :

jaune/rouge

rouge/bleu

jaune/bleu

bleu/rouge

rouge/jaune

bleu/jaune

ou

jaune/rouge/bleu

jaune/bleu/rouge

rouge/jaune/bleu

bleu/jaune/rouge

rouge/bleu/jaune

bleu/rouge/jaune

Si nous peignons en alternance de grandes et de petites zones, le nombre de possibilités augmente. Une multitudes d’opportunités se produisent quand les couleurs se mélangent : orange, vert et violet. Une abondance de dialogues entre les couleurs est possible pendant les premières années. La teinte des couleurs, le mouvement des couleurs, les mouvements de l’âme et l’ambiance.

 

Bleu et jaune portés par le rouge

Steiner a pointé du doigt l’importance de changer les couleurs de place. Si une première fois le jaune est au milieu et le rouge autour de lui, la fois suivante le rouge peut être au centre avec le jaune autour de lui. Ces exercices ont un effet très productif ; ils demandent un bon niveau de flexibilité de la part de l’âme des enfants.

Encore un autre aspect dans la classe 1, c’est la peinture avec des zones limitées et des zones illimitées. Chaque couleur peut être peinte l’une à côté de l’autre.

Une limite : c’est les couleurs sont côte à côte et que l’on les distingue l’une de l’autre. Une ligne limitrophe apparait à l’endroit à l’endroit où les couleurs se rencontre.

Une autre possibilité est de laisser couler une couleur sur l’autre couleur, cela créer une transition progressive.

Les autres possibilités, les couleurs se mélanges les couleurs changent comme par magie.

Harmonise/absorbe/change magiquement/avance rapidement/être écrasé par/succomber/donner. Il est important que l’adulte communique ce vocabulaire aux enfants. Ils pourront à leur tour utiliser ces mots pour exprimer ce qui ce passe sur le papier.

Peintures libres et peintures dirigées devraient être proposées alternativement pour favoriser l’ouverture de l’esprit.

L’auteur du livre nous parle de l’importance du calme pendant le temps de peinture. Une paix sans distraction. Une ou deux leçons par semaine est idéal.

La bonne façon de peindre peut être montrée accompagné d’une chanson ou d’un poème. Chaque professeur sera libre en fonction de son imagination de proposer tel ou tel texte.

J’ai souvent besoin de donner des indications sur la façon dont on doit tenir le pinceau. les enfants peuvent caresser les poils du pinceau de l’avant vers l’arrière dans la paume de leur main pour sentir la différence entre doux et dur. Quand ils appuient le pinceau fortement et de façon verticale sur la feuille, le matériel peut être endommagé. le papier imbibé d’eau est fragile.

Le coup de pinceau ne doit pas être trop rapide. Pas de gros traits côte à côte. On peut rappeler que « Nous ne sommes pas en train de repeindre le sol ou le mur de la maison » .

Dans les premières années spécialement, c’est très intéressant pour les enfants de découvrir le degré de sécheresse ou d’humidité de la peinture et de voir ce que les couleurs font ensemble. l’autre extrémité est la peinture très humide où les couleurs se figent, alors le mouvement n’est plus visible.

pour télécharger gratuitement ce livre en anglais c’est sur la librairie en ligne waldorflibrary