Une peinture et une histoire d’hiver

Petit aperçu d’un après midi jeux et peinture avec nos amis.

Après avoir raconté la belle histoire « Une maison pour l’hiver » les enfants ont fait de l’aquarelle. A la fin de l’histoire je vous mets les indications que j’ai donné aux enfant pour la peinture « guidée »

 

Une maison pour l’hiver

 

La nouvelle année s’amorçait avec beaucoup de vent et de neige. Dans le petit village du Nord entouré d’une forêt de pins il y avait de la neige jusqu’aux rebords des fenêtres. Anna était dehors et balayait la neige afin de pouvoir se rendre jusqu’à la grange. Il fallait apporter de l’eau et de la nourriture à la vache tous les jours, beau temps, mauvais temps. Tandis qu’elle travaillait, Anna sentait le vent froid lui picoter les joues. Elle était emmitouflée de la tête aux pieds. Malgré son foulard, ses mitaines, son manteau chaud et ses nouvelles bottes d’hiver, elle avait encore froid! Elle remarqua un petit oiseau dans les branches dénudées du vieux pommier qui battait des ailes à cause des rafales de vent.

 

« Il doit avoir si froid ce petit oiseau, pensa Anna. » Elle l’observa un moment, puis le vent s’éleva de plus belle et elle marcha péniblement en direction de la grange pour aller nourrir Moola la vache. Elle ouvrit la grande porte rouge de la grange et entra. Il faisait aussi froid à l’intérieur de la grange. Le vent du Nord entrait par les fissures de la porte. Même la neige voulait y entrer aujourd’hui. Anna caressa Moola, et lui donna du foin. Son eau gelait toujours en janvier, Anna avait donc apporté un sceau d’eau chaude pour elle. De la vapeur s’éleva dans l’air quand elle la versa sur l’eau gelée. Quand elle eut terminé, elle caressa Moola à nouveau et retourna à la maison.

 

Brrrr. Anna était contente d’avoir terminé ses tâches et de pouvoir s’asseoir à côté du feu dans la maison. Elle accrocha tous ses vêtements mouillés à côté du poêle à bois pour qu’ils sèchent, surtout ses bottes qui étaient trempées. Elle remarqua qu’il y avait un peu de foin à l’intérieur. Il devait être tombé dans sa botte quand elle nourrissait Moola. Maman apporta un bol de soupe aux légumes à Anna pour la réchauffer. Anna pensa à leur jardin l’été et à combien elle aimait regarder les carottes, les haricots et les courges pousser. Mmmm, la soupe était si bonne. Le soleil se couchait quand maman alluma les lanternes. On était bien dans la petite maison dans le village du Nord.

 

Dehors, le vent continuait de souffler et la neige de tomber. Tous les habitants du village étaient dans leurs maisons et bientôt, ils seraient tous endormis. Maman enveloppa Anna avec la plus chaude couverture qu’elle put trouver et lui mit un chapeau sur sa tête pour la garder au chaud. Puis, Maman alla au lit. Le feu mourut tranquillement et tout devint tranquille dans la maison, mais dehors…

 

Tip tap Tip tap

Sur les carreaux des fenêtres

Était-ce la pluie peut-être?

L’oncle givre s’amusait tant

À danser dans la neige et le vent

Il faisait de si beaux dessins

Des histoires de glace il peint avec soin

 

L’oncle givre savait combien Anna aimait ses dessins et s’appliqua à peindre ses fenêtres avec soin. Comme son pinceau de glace dansait ici et là, un petit oiseau s’approcha. C’était le même petit oiseau qu’Anna avait aperçu plus tôt qui se faisait pousser par le vent. Il chantait à l’intention de l’Oncle givre :

 

Aide-moi, Oncle givre, aide-moi

J’ai peur, je ne trouve plus mon chez-moi

Il fait si froid, je cherche un peu de chaleur

Où puis-je trouver un peu de douceur?

 

Le vieil Oncle givre regarda le petit oiseau qui tremblait de froid et il était triste pour lui. « Descend par la cheminée petit oiseau, le feu est éteint. Ces gens sont très gentils. Tu seras au chaud cette nuit au moins. »

 

Le petit oiseau descendit donc par la sombre cheminée. Tout était silencieux. La neige dehors illuminait la chambre un peu, et le petit oiseau volait ici et là, cherchant un endroit où passer la nuit. C’était plus chaud dans la maison et il n’y avait pas de vent froid. Le petit oiseau finit par se réchauffer et s’endormit profondément.

 

Le lendemain matin, Anna sauta du lit et s’habilla pour aller s’occuper de Moola et lui apporter de l’eau chaude pour boire. Ses vêtements d’hiver étaient secs maintenant… mais qu’est-ce que c’était ça? Dans la botte qui avait du foin à l’intérieur, un petit oiseau dormait. Il avait dû penser qu’il avait trouvé un nid!

 

« Regarde Maman, un oiseau a trouvé une maison pour l’hiver! »

 

« Je me demande bien comment il est arrivé là, dit Maman. Il est chanceux de s’être protégé de la température hivernale. Je pense qu’il sera bien ici! »

 

Maman et Anna regardèrent le petit oiseau qui était si fatigué et qui dormait et dormait dans sa nouvelle petite maison-botte.

 

Anne mit ses vieilles bottes pour aller à la grange. Et le petit oiseau habita dans son nouveau nid jusqu’au printemps. Anna et Maman le nourrissaient et s’occupaient bien de lui. Quand le printemps arriva enfin, Anna mit la maison-botte sur le bord de la fenêtre. Le petit oiseau s’envola dans la forêt, mais il revenait tous les matins leur chanter ses plus belles chansons.

 

Pendant que les enfants jouaient, j’ai installé avec l’aide de mes amies (les mamans) l’atelier peinture et tout le matériel (chacun son gant, son pot d’eau, ses couleurs primaires…). Puis j’ai lu l’histoire aux enfants. Les enfants se sont installés autour de la table et j’ai donné rapidement qq indications pour ceux qui n’avaient jamais fait d’aquarelle sur papier mouillé. J’ai commencé par demander aux enfants : »d’après vous quel était l’ambiance au dehors de la maison, de quel couleur était le ciel d’hiver, « bleu » m’ont t-ils tous répondu. Alors je les ai  invité à peindre toute leur feuille en bleu, puis je leur ai dit: »à  présent voilà la fenêtre de la maison et à sa fenêtre le petit oiseau est là », les voilà à faire une fenêtre et un oiseau et ensuite je n’ai plus rien dit…je me suis contenté d’aider les enfants qui rencontraient des pbs techniques en donnant des indications simples.

Nous avons l’habitude de peindre tous les trois, j’aime aussi donner l’occasion à mes enfants et à ceux de mes amies de le faire en groupe. C’est pour les enfants motivant et inspirant, on regarde ce que font les autres, on peut commenter sans juger. Pour certains c’est une façon de se dépasser pour d’autre il faut être vigilant qu’ils ne s’efface pas trop pour se fondre dans le groupe mais nos enfants ont la chance de ne pas vivre du collectif alors ces expériences communautaires sont enrichissantes pour tout le monde. Surtout il ne faut pas oublier de recommencer ! ça vous dit de venir ????

11 Commentaires

  • 17 janvier 2013 - 21:53 | Permalien

    très inspirant! ô oui on viendrait bien si on habitait plus près!!

  • 17 janvier 2013 - 22:39 | Permalien

    Ohhhh oui alors, on arriiiiive!!!
    Isabelle tu es mon inspiration…Cette belle histoire ainsi que la peinture à l’aquarelle qui l’accompagne oh la la je pense que je vais mettre en pratique avec les enfants dans les jours qui viennent…Ici il fait très froid ces jours-ci et nous ne sortons pas beaucoup alors voilà une idée d’occupation merveilleuse…

  • isabelle
    18 janvier 2013 - 9:31 | Permalien

    J’aimerai be@ucoup voir vos réalisations !

  • Faelwen
    20 janvier 2013 - 14:35 | Permalien

    J’aimerai beaucoup venir partager ces moments avec vous.
    Mais cela fait un peu loin.
    Peut être un jour, si un voyage nous fait passer par chez vous.
    Merci pour l’histoire.

    Belle continuation

  • Aguillé
    20 janvier 2013 - 19:26 | Permalien

    Coucou,
    Nathan et moi, on aimerait beaucoup venir!
    Tu penses à des dates? Peux tu me répondre sur ma boite mail?
    Bises et bonne soirée

  • 21 janvier 2013 - 14:28 | Permalien

    Très jolie histoire, je pense que je vais la raconter à mes lutins !
    Et au passage, je trouve le présentoir à peintures très joli, ça me donne envie d’en bricoler un comme ça…

  • isabelle
    21 janvier 2013 - 14:34 | Permalien

    Fée coquelicot, Oui ça ne doit pas être difficile à faire avec les outils adaptés…j’ai eu l’occasion de les acheter à pris raisonnable mais j’aurai préféré les faire moi-même. Tu ferais ça avec quoi ? une perçeuse avec une « cloche » ?

  • 21 janvier 2013 - 14:44 | Permalien

    Quelle belle histoire ! Je vais essayer de m’en servir cette semaine si je retrouve des feuilles d’aquarelle en stock !
    En tous cas, il fait bon être un enfant par chez toi !

  • maman des saisoons
    21 janvier 2013 - 21:26 | Permalien

    Oh oui très chouette! ici aussi aujourd’hui aquarelle sur papier mouillé (mais malheureusement juste entre nous), au programme, bleu bleu et bleu, avec du sel, et des craies blanches. On se dessine un dessin invisible pour l’une l’autre qui apparaît sous la peinture bleu.
    merci pour l’inspi!!!!!

  • admin
    21 janvier 2013 - 22:19 | Permalien

    Monique, merci . Oui peut être, on verra ce qu’en penseront mes enfants qd ils seront adultes…

    Camille, MERCI tu viens de me donner l’astuce qu’il me manquait pour faire des dessins invisible. Tu dois faire de jolis choses avec ta fille. Vous n’avez pas de famille ief près de chez vous ? La neige vous empêche peut être de parcourir les montagnes ?

    à bientôt et merci encore pour tous vos commentaires

  • Manuelle
    28 janvier 2013 - 21:01 | Permalien

    C’est superbe ! je suis contente pour toi de toutes ces belles réalisations, et hâte de te lire dans GA ! Oui, j’aimerais tant venir peindre avec vous 🙂 !

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


    Fatal error: Allowed memory size of 268435456 bytes exhausted (tried to allocate 130968 bytes) in /homepages/44/d218660541/htdocs/blog_isabelle/wp-includes/class.wp-dependencies.php on line 346