Archives de la catégorie: Classe 2

classe 1 Classe 2 classe 3 classe 4 classe 5 dessins de formes école à la maison lectures steiner waldorf livres pédagogie steiner

Le dessin de formes dans Fanette et Filipin

 

 

Séance de dessin de formes en famille avec la revue Fanette et quelques traces de bébé qui a voulu nous imiter…

Avec les enfants nous aimons l’activité « dessin de formes » et nous la pratiquons régulièrement en suivant la progression proposée dans les écoles Waldorf. Mais dès que nous recevons notre nouveau Fanette et Filipin, nous nous empressons de regarder les pages « La danse des formes » créée par Francine Dall’Agnol.

Depuis le début de la revue, à chaque saison, Francine propose à toute la famille une approche du dessin de formes très ludique et très créative.
J’ai échangé avec elle autour de cet art et je vous propose d’aller ensemble à la découverte du dessin de formes !

Le dessin de formes trouve son origine dans l’art ancien (chez les Grecs et les Celtes puis au moyen-âge). C’est même l’une des plus anciennes formes d’art de l’humanité. Il est pratiqué dans les écoles Waldorf, dans les centres de pédagogie curative et dans les ateliers d’art- thérapie. Toute personne initiée peut aussi le pratiquer seule chez soi. Il s’adresse à un public large de 7 à 97 ans !

« la danse des formes » dans Fanette et Filipin N°13

Francine nous dit : « Le dessin de formes est une activité où l’on doit beaucoup observer, « s’écouter ». C’est un travail intérieur et extérieur qui agit fortement sur soi et apporte beaucoup de ressentis. En dessinant, nous prenons conscience de notre corps, de notre respiration, de notre âme et notre esprit se calme progressivement. C’est un support utilisé comme outil thérapeutique. Le but de ces exercices est bien-sûr d’apprendre de nouvelles choses, mais aussi de développer notre créativité, notre volonté, de nous fortifier et de nous transformer intérieurement.
Quelle belle activité et comme on se sent bien et apaisé après une séance ! Le dessin de formes est la meilleure activité pour réveiller l’artiste qui sommeille en chacun de nous. »

 

Travail d’un élève classe 7,Vrijescholen Les Pays-Bas

  Que se passe-t-il quand on fait du dessin de formes :

Le dessin de formes est relié à la trace d’un mouvement, comme par exemple les marques laissées par l’eau ou le vent sur de la terre ou du sable, les étapes de croissance dans la nature, les multiples formes dans le règne minéral, végétal, animal, les similitudes avec le corps humain.
Il a un indéniable caractère méditatif en stimulant une activité intérieure qui permet de développer nos facultés créatrices quelques soient nos aptitudes ou connaissances.
Toujours à la recherche de l’équilibre et de l’harmonie, il agit sur nos différents corps : physique, éthérique, astral et notre « Je » ou « Moi ». C’est un moyen de nous ressourcer et de nous éveiller car il crée un lien entre les rythmes cosmiques et terrestres. C’est une source de santé et de vie.
Tout en développant notre ressenti intérieur et en nous rapprochant du monde extérieur, le dessin de formes sollicite les sens de la vue, de l’équilibre et du mouvement. Il permet travailler sur les polarités : gauche-droite, haut-bas, avant-arrière, sur la symétrie, les croisements, le retournement, etc.
Il nous permet d’observer dans la nature les mouvements, les transformations et de les reproduire : croissance, décroissance, métamorphoses, cycles, etc…

Classe 4 Vrijeschool Les Pays- Bas

 

Il favorise l’attention, la concentration, l’imagination. C’est une invitation à développer le sens du beau, à découvrir l’Art.
Chez l’enfant particulièrement, toujours en transformation, il permet de solliciter les différents tempéraments. (voir article sur les tempéraments dans le numéro 16 de Fanette et Filipin à paraître en mars 2017).

En partant de la ligne simple et de la courbe on pourra progressivement aller vers des formes bien plus complexes, en évitant d’avoir un geste mécanique ou hésitant. Il faut dessiner les formes en pleine conscience, sans aller trop vite ni trop lentement, avec une qualité de présence pour découvrir le rythme de chaque mouvement. On progressera mieux si on répète inlassablement les mêmes exercices et en corrigeant nos imperfections.

Au départ, il faut effleurer la feuille pour former « la trace » puis repasser dessus avec de plus en plus de sûreté : c’est partir du mouvement pour arriver à la forme.
Le mouvement, s’il se fait de gauche à droite, peut être exécuté aussi de droite à gauche pour renforcer sa volonté, et pourquoi pas avec la main droite et la main gauche alternativement.
Il est toujours possible d’imaginer d’innombrables variantes.
Avec des gestes naturels, sans prise de tête, le dessin de formes est aussi utilisé pour l’apprentissage de l’écriture, des tables de multiplication, de la géométrie, de la perspective.

 

 

Exercices pratiques proposés par Francine :

Pour la mise en route d’une séance, commencez par faire des lignes simples, des droites et des courbes, pour se mettre dans de bonnes dispositions.

1. Lignes violettes : tracez la ligne de gauche à droite avec la main droite – Répétez deux ou trois fois en cherchant l’horizontalité idéale
2. Lignes vertes : de droite à gauche – Répétez également
3. Lignes bleues : de gauche à droite avec la main gauche
4. Lignes rouges : un léger souffle vient transformer la ligne droite en courbes régulières
5. Lignes vertes : idem avec la main gauche – de droite à gauche

 

Ici La courbe s’accentue à chaque nouvelle ligne et les arrondis se resserrent pour finalement se toucher.

 

La courbe devient « vague ». Pensez à bien coordonner avec la respiration (inspir en montant – expir en descendant). Puis la courbe du retour passe par dessus la ligne montante.

 

Le dessin d’une lemniscate (un grand « huit ») est un exercice qui permet de se recentrer, se calmer, s’intérioriser.

Pour le lemniscate, travaillez sur une grande feuille verticale et commencez par dessiner légèrement la forme sur le papier puis corrigez à chaque passage en appuyant un peu plus pour avoir le croisement bien au centre de la figure. Équilibrez le volume entre la partie supérieure et la partie inférieure, le côté droit et le côté gauche.
Quand le dessin vous semble correct, reproduisez le mouvement en totalité, en continu, jusqu’à entrer dans un rythme que vous allez sentir de vous-même, toujours en coordination avec votre respiration.
Vous pouvez partir sur la droite ou sur la gauche (au choix), puis refaire l’opération en partant de l’autre côté, sur le même dessin ou sur une autre feuille.
N’hésitez pas à changer de couleur, même plusieurs fois, pour bien voir les corrections effectuées.
Cette lemniscate est la figure idéale pour se redonner de l’énergie.

Voici une jolie variante plus complexe de la lemniscate. Il y a beaucoup d’autres possibilités.

 

 

POur faire du dessin de formes il vous faut :
De grandes feuilles blanches (minimun A4)
Des pavés ou crayons de cire Stockmar de plusieurs couleurs en vente chez Belle émeraude.
Alors si vous souhaitez faire du dessin de forme avec vos enfants, je vous recommande vivement de vous procurer les anciens numéros de Fanette et Filipin et de suivre les pas à pas de Francine.

 

****************************

 

Francine Dall’Agnol est art-thérapeute. Elle a suivi la formation Arthéa à Genève.

Ont participé à cet article : Francine Dall’Agnol, Valérie Dogna (Rédactrice en Chef à Fanette et Filipin) et Isabelle Huiban (journaldeschamps)

Classe 2 grammaire pédagogie steiner

L’histoire de la nature des mots

Avec l’accord d’Hélène Besnard, auteur de Entre les mots. Voici une histoire de la nature des mots pour une première leçon de grammaire pour des enfants de 8/9 ans. J’ai réécrit certains passages.

La nature des mots,

Adaptation d’Isabelle H.d’après Hélène Besnard

Il était une fois deux très grandes amies Dame Lettre et Dame grammaire. Aujourd’hui nos deux amies veulent nous faire visiter la nature où elles ont beaucoup d’amis à nous présenter.

Voici une grande forêt où vivent différents personnages. Avec eux nous allons découvrir la nature des mots.

Dans cette forêt magnifique, il y a des petits elfes qui sont de toutes les couleurs de l’arc en ciel et qui toute la journée s’exclament : « Ah ! », « Eh ! », « Oh ! » et puis on entend aussi « Hourra » et d’autres mots comme ça qui expriment comment on se sent, comment on réagit à quelque chose. Ces petits êtres ont un drôle de nom : les in-ter-jec-tions !

Dame lettre et Dame grammaire nous disent :

Ah ! Les interjections !

Eh ! elles ont un nom !

Ouf ! Pas facile à retenir !

Mais oh ! comme elles sont

Hi ! Hi ! Hi faciles à écrire !

(dessin sur le cahier des elfes)

Après avoir salué  les elfes interjections nous avançons plus loin dans les chemins sinueux, nous croisons alors un chevalier vêtu d’une armure rouge. Bonjour je suis le chevalier verbe, avez vous besoin d’aide ? Ah ! celui-là il n’arrête pas de faire quelque chose. Il galope sur son cheval, il défend les pauvres et les malheureux, il surveille les domaines. Il manie très bien l’épée. Il semble toujours en action.

Sa devise est :

Je suis le chevalier rouge

Qui est, qui a, agit et bouge

Sur mon bouclier on peut lire

Aimer, chanter, bâtir, unir.

Voulez-vous que  je vous apprenne à être des chevaliers rouges ? Quand je dis un mot d’action , un verbe, vous pouvez le miner. Quand la clochette sonnera vous devrez vous arrêter, s’arrêter c’est aussi faire quelque chose puis écouter c’est très important. Ecoutez la prochaine action , le prochain verbe à miner.

(choisir des verbes actifs et faciles : marchez, reculez , dansez, balayez, riez, coudre, boire, sentir,sautez. Puis des verbes comme dormez, aimer, avoir, dire, lire, comprendre)

(dessin sur le cahier du chevalier verbe)

Nous disons au revoir au chevalier verbe mais nous le recroiserons certainement. Il a beaucoup de choses à nous montrer. Dame grammaire nous propose d’aller voir son plus vieil ami : le sage nom. Nous le trouvons tranquillement assis devant sa grotte tout vêtu de bleu. Le sage vénérable a écrit sur un parchemin tous les noms que Adam et Eve ont donnés aux êtres humains, aux animaux, aux végétaux, aux minéraux et le nom des choses que les humains ont fabriqués depuis. C’est une très longue liste !

Dame lettre se mit à chanter ceci :

Sage Nom, calme et savant

Sait le nom de toutes choses

Qui dans le monde se posent

Ou qui vivent dans nos cœurs

Sait le nom de tous les gens

Des pays, villes et vent

Animaux, pierre et fleurs.

Le sage nous dit : je suppose que le chevalier verbe vous a fait jouer. Je peux aussi vous amuser. Que dites-vous d’en faire de même avec les beaux noms que j’ai conservés sur mon parchemin ? Je connais le jeu de la statue. Je vais vous dire des noms et vous devrez vous transformer en la chose. Au sons de la clochette vous pourrez vous détendre et bouger.

Commençons Table, chaise, lampe, fleur, chien, je n’ai pas dit un chien qui court(qui jappe) non c’est le chevalier verbe qui nous l’aurait dit seulement chien.

Bravo c’est formidable  mais regardez qui arrive

Puis nous voyons sortir des petits nains bleu qui semblent vivre avec le sage.

Je vous présente mes amis les articles nous dit-il. Ils s’appellent le, la ,les, un une , des, aux, au, de des.

Voyez le nom « chien », écoutez plutôt le chien, les chiens, un chien, des chiens, aux chiens. Mes petits amis sont toujours parmi nous.

Les petits nains se mirent à chanter :

Nous sommes les articles minuscules !

Quand tu les nommes, articule :

Le, la, les, un ,une des,

Au, aux, de, du.

(dessin sur le cahier du sage et des nains en bleu)

Nous saluons les nains et leur disons à bientôt.

Nous avançons toujours plus loin, il reste encore beaucoup de personnages à rencontrer nous disent les Deux dames lettre et grammaire.

Tien voici les deux Artistes. Peintres ou sculpteurs, tout de jaune vêtus car ils nous apportent de la lumière pour savoir comment plus exactement sont les noms et aussi comment se font les actions des verbes.

Le premier artiste qui accompagne le nom est l’adjectif qualificatif.

Il nous dit : nous allons jouer ensemble je vais vous montrer comment je transforme les choses et les objets. Mon ami le sage vous a fait jouer au jeux des statues et bien moi je vais  sculpter le nom et  le changer de forme.

Je choisi le nom table attention au son de la clochette la table va se transformer : une haute table, une longue table, une petite table.

fleur, fleur bleue, petite fleur

L’adjectif qualificatif

C’est un peintre qualifié, actif

Il nous décrit comment sont les gens,

Il nous décrit, comment sont les choses :

Gros, petit, laid, charmant

Large, étroit, bleu, jaune, rose,

Joyeux, triste, qualifié, actif

Sont des adjectifs qualificatifs !

(pour le dessin prendre le bloc de cire jaune avec des reflets du bloc bleu couleur du nom)

Tiens voici l’artiste adverbe qui veulent jouer à statues !

Cette fois ci rejouons à faire le chevalier verbe

Marchez ! attention me voilà au son de la clochette et je change très vite : marchez lentement, marchez rêveusement,

Parlez doucement, nerveusement, courageusement

L’adverbe accompagne le verbe

Il lui dit comment faire une action

Il a beaucoup d’imagination

Merveilleusement, joliment, poliment,

Lentement, voilà quelques adverbes

(pour le dessin prendre le bloc de cire jaune et passer doucement le bloc rouge couleur du verbe)


 

Voilà nous disent nos deux belles dames, nous avons rencontré beaucoup d’amis aujourd’hui et pour ne pas oublier leur nom et leur nature voici pour toi un souvenir de la journée.

Faire un dessin  de toute  l’histoire sur une grande feuille. L’accrocher pour que l’enfant s’en souvienne en plus des dessins dans son cahier.

Classe 2 école à la maison fables d'animaux modelage pédagogie steiner

Bloc 1 grade 2 Les fables

Nous avons repris notre « école maison » depuis la semaine dernière. J’ai prévu 7 blocs pour les mois qui suivent, fin du grade 2 et début du grade 3.

Bloc 1 les fables d’animaux et dessin de forme (running form et formes en miroir)

Fables D’ESOPE

La sauterelle et la fourmi

Le renard et la corneille (marionnettes, racontée avec des personnages dans un décor)

Le lion et la souris

L’aigle et le renard

Pour nous c’est l’occasion de travailler la lecture, l’écriture en attaché, du nouveau vocabulaire, l’épellation, résumer une histoire, mémoriser un court texte . Nous avons travaillé des graphèmes et Adèle a fait des fiches de son et elle poursuit son dico des mots avec plaisir, elle s’y réfère souvent pour écrire seule.

Nous avons fait de beaux dessins aux blocs de cire, des peintures à l’aquarelle et du modelage de ces animaux.

[nggallery id=26]

Anselme dessine, peint et fait de l’argile et participe au cercle du matin (ronde, yoga, jeux de ballon, de comptage,…). Puis quand Adèle a terminé de travailler je raconte une histoire à Anselme, soit le conte de la semaine, soit je rejoue l’histoire du mois avec les personnages (ce mois ci « le chien qui voulait un ami) ou bien je fais un petit jeu avec lui.

Anselme et ses créations en argile et photo travaillée par lui-même sur photoshop.

Fatal error: Allowed memory size of 268435456 bytes exhausted (tried to allocate 130968 bytes) in /homepages/44/d218660541/htdocs/blog_isabelle/wp-includes/class.wp-dependencies.php on line 346